La PNL – Gare aux dérives

Apparue au début des années 1970, la programmation neurolinguistique, longtemps méconnue, s’impose aujourd’hui comme un modèle efficace de communication et de changement dans de nombreux domaines de notre vie tant sur les plans personnel que professionnel. Si on l’utilise beaucoup en coaching et en psychothérapie, la PNL est de plus en plus utilisée dans le monde du développement personnel, de l’éducation, du sport, de l’entreprise, du marketing, de la communication et du discours politique, pour ne citer que quelques domaines dans lesquels elle est très largement répandue.

Souvent présentée comme un outil d’influence, la PNL est en réalité bien plus que cela. Elle est une approche permettant de mieux comprendre le fonctionnement humain à différents niveaux – conscient et inconscient – et, ce faisant, de mieux communiquer, de mieux nous connaître, de mieux définir des objectifs efficaces et de mettre en œuvre les changements nécessaires pour les atteindre de manière plus durable. En somme, la PNL s’avère un outil puissant d’autocoaching.

LA PNL est une approche encore jeune – à peine une cinquantaine d’années – et de nouvelles générations de praticiens et de coachs apparaissent. Avec eux, des idées neuves et des liens avec de nouvelles disciplines modèlent une PNL vivante et de plus en plus variée. En outre, les découvertes réalisées dans le domaine de la neuroplasticité permettent de percevoir sous un nouvel éclairage comment des processus déjà identifiés comme efficaces en PNL fonctionnent réellement au niveau de notre cerveau.

Si la PNL d’aujourd’hui, communément appelée la PNL de 3e génération, s’appuie de manière solide sur les travaux fondamentaux des fondateurs et des développeurs reconnus de la discipline, elle évolue constamment. Selon moi, nous tendons même vers une « PNL 4.0 », qui intégrera de manière accrue non seulement les nouvelles connaissances dans les domaines de la physique, de la biologie, de la génétique, de l’épigénétique et des neurosciences, mais également les outils technologiques qui permettront à chacun de vivre ses processus de développement personnel de manière de plus en plus autonome et immersive. Ainsi, la réalité virtuelle, les applications hyperconnectées et les outils de biofeedback ouvrent la perspective à de nouvelles applications prometteuses.

Il me semble nécessaire d’adresser une mise en garde à celle et ceux qui souhaitent découvrir la PNL : la programmation neurolinguistique n’a rien d’ésotérique ou de magique. Elle ne confère aucun « pouvoir » quelconque sur les autres. Le pouvoir qu’elle nous donne est celui de mieux communiquer, de mieux comprendre le comportement humain et de mettre en place des changements écologiques et durables dans notre vie, ou encore de développer des compétences pour accompagner efficacement d’autres personnes à atteindre les objectifs qu’elles ont elles-mêmes fixés.  Que vous souhaitiez utiliser la PNL pour votre développement personnel, ou encore que vous soyez thérapeute, coach, enseignant, gestionnaire, ou tout autre type d’intervenant ou d’accompagnant, il est important de garder à l’esprit qu’il est important d’utiliser la PNL avec intégrité.

Ma pratique de coach et de formateur m’a amené à côtoyer de nombreux utilisateurs de la PNL. La plupart utilisent la PNL avec un réel objectif de mieux communiquer et d’accompagner avec intégrité les personnes et les organisations vers leurs propres objectifs. Comme dans tous les domaines cependant, les dérives sont possibles. Il convient donc d’être vigilant face à l’existence de certains gourous qui prétendent vous accompagner comme « guides spirituels » ou vous mettre en contact avec des mondes invisibles. Méfiez-vous de ceux qui, sous couvert d’une pseudo spiritualité, prétendent être les « gardiens » d’un savoir ou d’une « nouvelle génération » de PNL et tentent de s’approprier une discipline qui devrait être équitablement à la disposition de toute l’humanité.

Bien sûr, l’expérience spirituelle a toute sa place dans l’expérience subjective humaine et, à ce titre, elle constitue aussi l’un des objets d’étude de la programmation neurolinguistique. Malheureusement, aujourd’hui, trop nombreux sont ceux qui exploitent ce filon pour « vendre » un système de croyances qui leur appartient et qui leur permettra d’accroître leur emprise sur qui tombera sous leur coupe.

Attention donc de ne pas dépasser la limite de ce qu’est vraiment la PNL, et au-delà de laquelle l’approche utilisée par certains « vendeurs de miracles » n’en est plus.

Nicolas Beffort

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *